Odyssée Sibérienne and others

August 21, 2008 at 9:49 pm | Posted in Alaska, Scandinavia, Siberia, travel | Leave a comment
Tags: , , , , , , , , , ,

I found my hero! I found a the website of Nicolas Varnier, a French guy who travels the North with a dog sledge! Wow! He has an interesting website, though it is in French. I am quite able to read it but too lazy  to translate it… Anyway you can take a look at it if you want. Wannabe that guy!

Nicolas Varnier

From all his expeditions, my favorite ones are l’Odyssée Sibérienne, l’Odyssée Blanche and the Translaponie:

Translaponie (Hiver 88- 89) de Kiruna à Mourmansk, 1000 km. Le Grand Nord Lapon a été le premier Grand Nord de Nicolas. Il s’y est rendu pour la première fois à l’age de dix-sept ans pour une longue randonnée à pied dans les vastes espaces sauvages du nord de la Finlande. Accessible depuis la gare du Nord de Paris, la Laponie était aussi le seul grand Nord adapté au petit budget qu’un étudiant sans le sous pouvait économiser et consacrer à cela. [Read more]

L’odyssée blanche (1999): depuis Skagway à Québec, 8600 Kilomètres. À l’origine de ce nouveau défi que Nicolas Vanier se lance à lui-même : son attelage, il est au top de sa forme . Formidables coureurs des neiges, puissants, endurants mais également très rapides, ses chiens ont réalisé de belles performances lors de la Yukon Quest , l’une des deux plus difficiles courses de chiens de traîneau auquel Nicolas à participé durant l’hivernage qu’il à effectué au Yukon avec sa famille qui s’est agrandie d’un petit garçon. [Read more]

Odyssée Sibérienne (Hiver 2005/2006): depuis le Lac Baïkal jusqu’à Moscou, 8000 Kilomètres. C’est une aventure dans des paysages époustouflants à la rencontre de peuples rivalisant d’ingéniosité pour vivre dans l’un des endroits jugé par d’autres comme l’un des plus hostiles de la planète. Sur plus de 8000 km de montagne, de taïga et de toundra, Nicolas Vanier et ses dix chiens progressèrent à raison de plus de 80 km par 24 heures sur une piste éphémère tracée une semaine avant son passage par des sibériens, trappeurs, éleveurs de rennes menés par une équipe Franco-Russe qui se relayèrent d’un village à l’autre, d’un campement à un autre depuis Irkoutsk jusqu’à Moscou. Cette Odyssée qui débuta le 2 décembre sur les bords du très mythique Lac Baïkal s’est achevée à la fin de l’hiver le plus froid de la planète, sur la très symbolique Place Rouge de Moscou , spécialement enneigée pour l’occasion, le 19 mars 2005. [Read more]

Yo can also check his movies:

Loup (un film produit par MC4 et distribué par Pathé. Tournage 6 semaines en 2008, sortie sortie la fin de 2009) Nicolas voue une véritable fascination à cet animal dont il a croisé la route plusieurs centaines de fois. Il a toujours rêvé de lui consacré un grand film. L’histoire de ce film est né de la rencontre que Nicolas avait faite avec une famille de nomades éleveurs de rennes au cours de sa longue traversée de la Sibérie en 1990. Pendant près d’un an, Nicolas vivant comme l’un des leurs avait partagé la vie de ces nomades et de leur grande harde, se déplaçant avec eux d’un alpage à un autre, à dos de rennes ou juché sur un traîneau. Il avait alors constaté le lien très fort qui unissait ces hommes au territoire sur lequel il vivait en parfaite harmonie. Territoire qu’ils se partageaient avec les loups qu’ils haïssaient et vénéraient en même temps.

– Le Dernier Trappeur (Long métrage de fiction – Décembre 2004): Norman Winther est l’un des derniers trappeurs à entretenir avec les majestueuses Montagnes Rocheuses une relation d’échanges fondée sur une profonde connaissance du milieu et un grand respect des équilibres naturels. Avec sa femme, Nebaska, une indienne Nahanni, et ses fidèles chiens de traîneau, Norman nous emmène à la découverte d’un autre monde rythmé par les saisons. Randonnées dans la froidure de l’hiver, descentes de rivières tumultueuses, attaques de grizzly et de loups sont le quotidien du trappeur. Norman cultive sa vie comme un art de vivre dans ce monde où les blizzards soufflent parfois plus fort que les mots. Ce film est un hymne aux pays d’en haut et à la magnificence de ces vastes espaces sauvages.

Breathtaking! I like to see that there are still adventurers today!

Riding an Utapanashku

August 14, 2008 at 10:34 pm | Posted in Alaska, Traditions | Leave a comment
Tags: , , , , , , , , ,

Have you ever wanted to ride an Innu toboggan through the snow? If this was your childhood dream, you can now make it come true thanks to François Bellefleur of Uanamen-shipu, who offered the description for the diary of Peter Armitage (Fall 1982):

Construction of an Utapanashku

utapan – a toboggan; automobile
utapaniapi – rope used to haul the toboggan
utapanashku – a toboggan; snowmobile; he/she loads his toboggan
utapanikueu – he/she makes a toboggan; he loads someone’s toboggan
utapatshimaushu – he/she pulls a child on a toboggan.
utapatshimeu – he/she pulls, tows someone
utapeu – he/she pulls, tows someone
utapeun – a tobaggon load
(Lynn Drapeu. 1991. Dictionnaire Montagnais-Français. Montréal: Presses de l’Université du Québec. p.879).

Tools used to make the toboggan included a hacksaw, pocket knife, crooked knife (mukutan), extremely sharp axe, small hand plane, pot for hot water, “brush” (split stick with old rag in end), holding wedge tool, a flat carpenter’s pencil, screw-driver-push drill, and a “needle” made out of twisted snare wire.

Some pictures

Looks like quite a hard job, but summer can be so boring for snow addicts!

Create a free website or blog at WordPress.com.
Entries and comments feeds.